Paru le 20 Juin 2018

Des Impressionnistes aux Nabis

Un combat pour la modernité (récits)

Par Patrick Godfard

Dans le dernier tiers du XIXe siècle, les peintres impressionnistes et post-impressionnistes ont mené un véritable combat pour se détacher de l’académisme et de la prééminence de la forme, pour libérer la couleur, peindre la vie et le monde, vivre la peinture comme un manifeste.
Patrick Godfard, avec finesse et élégance, nous propose ici des récits qui nous amènent peu à peu à vivre cette révolution. En se fondant sur son ressenti et par la médiation de poèmes, de lettres, de dialogues, l’auteur cherche à reconstituer l’univers mental de ces peintres, leurs passions et leurs doutes. Les citations qui enrichissent ses textes donnent la parole aux artistes dans un dialogue incessant avec leurs contemporains, poètes, romanciers et critiques.
Chacun des tableaux est un jalon dans l’invention d’une nouvelle sensibilité qui souleva de  violentes polémiques comme le soulignent les extraits des critiques contemporaines, présentés en annexe.
Bien que cet ouvrage ne soit pas un livre d’histoire de l’art au sens classique du terme, son érudition, perceptible à chaque page, n’est jamais pesante car elle vient à bon escient. Ainsi, d’une façon originale et pertinente, les récits de Patrick Godfard éclairent une page capitale de l’histoire de la peinture, des Impressionnistes aux Nabis, engagés sur le chemin de la modernité.

 Peut être commandé dans toutes les librairies
En vente sur Amazon et sur le site de la FNAC et dans
 notre boutique en ligne 

Rembrandt et Bethsabée

Par Marie-Laure Ruiz-Maugis
Conférencière des musées nationaux

Préface de Cécile Tainturier, conservateur auprès de la Fondation Custodia,Collection Frits Lugt, Paris

 

 

 

La Bethsabée du Louvre est sans doute le plus grand nu féminin jamais produit par Rembrandt et l’un de ses chefs-d’œuvre incontestés. Ce tableau garde encore aujourd’hui sa part de mystère. Armée des plus récents outils d’analyse de cette toile récemment restaurée, Marie-Laure Ruiz-Maugis nous en propose une interprétation originale et sensible. Elle nous parle ici de la genèse du thème, des choix iconographiques du peintre, et s’interroge sur l’identité du modèle qui a posé pour la figure biblique… autant de questions qui nous amènent peu à peu à découvrir la personnalité de Rembrandt.

Peut être commandé dans toutes les librairies

 

Critique parue dans le n°228 de novembre-décembre 2016 de la revue LIBRESENS CPED Centre Protestant d’Études et de Documentation
47 rue de Clichy, 75009 PARIS :

             Il s’agit d’une étude qui concerne un tableau célèbre de Rembrandt exposé au Louvre, représentant Bethsabée au bain. Les sources bibliques, la tradition picturale sur cette scène et les antécédents chez Rembrandt lui-même, les conditions économiques, politiques et cultuelles de l’époque ainsi que celles de la vie du peintre lui-même, tout est examiné et présenté soigneusement. En prime, l’essentiel du travail récent de restauration est donné de façon très intéressante.

            N’imaginez pas un volume épais et indigeste. Le tout est présenté de façon claire, fort bien mis en page et illustré, sur papier glacé. Un livre d’art, un livre cadeau.

Olivier Pigeaud 

 Commentaires de lecteurs:

"Je tiens à féliciter Marie-Laure Ruiz-Maugis pour son livre. C'est un régal à lire. Il y a tout : la clarté du plan, une grande sensibilité dans l'analyse, un travail de recherches et de documentations très fouillé. Ce que j'ai aimé par-dessus tout c'est cette approche si personnelle et subtile que l’auteur fait de cette oeuvre. La Bethsabée de Rembrandt est unique pour toutes les raisons qu’elle expose.  Je partage totalement sa manière de voir Rembrandt, lui qui a sondé les âmes. C'est bien pour cela qu’il nous parle encore aujourd'hui."
Sonia Brunel
 
"Un grand bravo le livre de Marie-Laure Ruiz-Maugis, que j'ai lu avec plaisir. Cette étude dense et sensible enrichit ma vision de l'œuvre. J'ai beaucoup apprécié les liens multiples que l’auteur fait entre les milieux intellectuels, religieux et artistiques pour donner cette dimension unique à l'œuvre ainsi que son interprétation du tableau à laquelle j'adhère complètement. J'ai également été très intéressée par le commentaire de la copiste Sigrid Avrillier, une annexe essentielle mais qui manque malheureusement trop souvent aux commentaires des œuvres par les historiens."
Cécile Galinier